Une micro algue avec de mul­tiples uti­li­sa­tions

La spi­ru­line est une micro-algue qui se trouve natu­rel­le­ment que dans cer­tains lacs, mais aus­si dans des fermes qui se déve­loppent de plus en plus depuis que ses pro­prié­tés nutri­tion­nelles ont été décou­vertes.

La spi­ru­line contient de la phy­co­cya­nine qui est le seul pig­ment bleu auto­ri­sé en Europe. C’est pour­quoi on peut la retrou­ver dans nos bon­bons tels que Haribo ou Smarties.

Les Nations-Unies s’intéressent à la spi­ru­line depuis le début des années 2000. En effet, ils ont créé l’IIMSAM (Institution Intergouvernementale pour l’utilisation de la Spiruline Contre la Malnutrition). L’IIMSAM a par­ti­ci­pé à la construc­tion de plu­sieurs fermes dans des pays comme le Burkina Faso, le Niger, etc… Elles ont comme but de nour­rir la popu­la­tion et de réduire les carences prin­ci­pa­le­ment celles en pro­téines, en vita­mines. De plus elles créent des emplois et aident à aug­men­ter l’économie locale.

Cette micro-algue est aus­si étu­diée par ESA dans son pro­gramme MELISSA. Il vise à rendre une sta­tion spa­tiale auto­nome afin de pou­voir effec­tuer de longues mis­sions. Dans ce pro­gramme la spi­ru­line per­met de pro­duire de l’oxygène grâce à la pho­to­syn­thèse, de plus elle peut ser­vir de com­plé­ment ali­mentaire aux astro­nautes. Des scien­ti­fiques vont essayer de recréer une micro ins­tal­la­tion auto­nome en Espagne.

La Spiruline est riche en fer, elle n’est pas recom­man­dée aux per­sonnes souf­frants d’hémo­chro­ma­tose, car celles-ci absorbent en trop grosse quan­ti­té le fer dans les ali­ments. Elle est aus­si décon­seillée à d’autres per­sonnes du fait de ces grosses teneurs en nutri­ments.

Sources :
Installation auto­nomeSpiruline de ProvenceSpiruline France​.frIIMSAMNaturavoxESAInfo sur la PhycocyanineImage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *