L’agriculture bio­lo­gique dimi­nue-t-elle réel­le­ment les risques de can­cer ? 

L’agriculture bio­lo­gique dimi­nue-t-elle réel­le­ment les risques de can­cer ? 

« Un pay­san contre Monsanto », titre du livre écrit par Paul François, agri­cul­teur cha­ren­tais, intoxi­qué par un

her­bi­cide pro­duit par Monsanto, actuel­le­ment en pro­cès avec cette firme. Les scan­dales liés aux pes­ti­cides font presque par­tis de notre quo­ti­dien, nous pou­vons nous deman­der si nous sommes en capa­ci­té de chan­ger cela. Quelles sont alors les alter­na­tives ? Nous enten­dons sou­vent par­ler de l’agriculture bio­lo­gique qui rédui­rait les risques de mala­dies mais est-ce réel­le­ment le cas ?
Les pes­ti­cides sont essen­tiel­le­ment uti­li­sés pour pro­té­ger les cultures et favo­ri­ser le ren­de­ment dans l’agriculture inten­sive. La solu­tion serait donc de chan­ger de type d’agriculture. Facile à dire mais plus com­pli­qué à réa­li­ser. Il fau­drait tou­jours plus de nour­ri­ture pour nour­rir une popu­la­tion en constante aug­men­ta­tion donc renon­cer à l’agriculture inten­sive serait presque impen­sable. Nous devrions nous tour­ner vers une agri­cul­ture pro­duc­ti­viste plus res­pon­sable, est-ce que cela existe ? Comme nous le savons les agri­cul­teurs sont les pre­miers tou­chés par des mala­dies dues à l’utilisation des pes­ti­cides car ce sont les pre­miers en contact avec ces sub­stances toxiques. Avoir recours à l’agriculture bio­lo­gique serait donc la réponse.
L’agriculture bio­lo­gique s’oppose à l’agriculture inten­sive. Cependant nous par­lons très peu sou­vent du fait que cer­tains pes­ti­cides sont auto­ri­sés et régle­men­tés dans l’agriculture bio­lo­gique. Nous savons qu’il existe un lien entre l’utilisation des pes­ti­cides et l’apparition de can­cer chez les agri­cul­teurs comme par exemple Paul François donc la solu­tion serait d’interdire tous les pes­ti­cides. Ce serait uto­piste de pen­ser que ce se soit réa­li­sable. L’interdiction de Glyphosate en France fait encore débat alors qu’il est clas­sé « can­cé­ri­gène pro­bable pour l’Homme » par le CIRC (Centre International de Recherche Contre le Cancer). Comme l’utilisation des pes­ti­cides est réduit avec l’agriculture bio­lo­gique les risques de contrac­ter des mala­dies sont de ce fait réduit pour les agri­cul­teurs et pour les consom­ma­teurs.

Une équipe de l’Inra, Inserm, Université Paris 13 et CNAM a réa­li­sé une étude épi­dé­mio­lo­gique sur le lien entre la consom­ma­tion de pro­duit bio­lo­gique et les risques de can­cer. D’après leur étude, publiée le 22 octobre 2018 dans le JAMA Internal Medecine, une réduc­tion de 25 % des risques de can­cer à été obser­vée chez les consom­ma­teurs « régu­liers » d’aliments bio­lo­giques. Les can­cers qui dimi­nuent grâce à l’alimentation bio­lo­gique sont curieu­se­ment les mêmes qui aug­mentent chez les agri­cul­teurs uti­li­sant des pes­ti­cides. Mais les résul­tats de cette étude peuvent être contes­tés. En effet, en géné­ral les consom­ma­teurs de pro­duits bio­lo­giques sont sou­vent ceux qui ont une ali­men­ta­tion plus saine (moins de junk food, moins de sucre…) et font plus atten­tion à leur san­té (sport, moins d’obésité…). Certes l’alimentation à base de pro­duits bio­lo­giques est béné­fique pour l’environnement (moins de pro­duits phy­to­sa­ni­taires uti­li­sés) mais le lien avec la réduc­tion des risques de can­cers est dis­cu­table.
Toutefois, il ne faut pas pour autant pen­ser qu’il n’y ait pas d’avantage à l’agriculture bio­lo­gique, en effet les agri­cul­teurs sont moins en dan­ger car ils ne mani­pulent plus ou presque plus de pes­ti­cides. On sait aus­si qu’en géné­ral les pro­duits bio­lo­giques sont plus chers, néan­moins il ne faut pas renon­cer à man­ger des fruits et légumes parce que notre bud­get ne le per­met pas mais plu­tôt cher­cher à se tour­ner vers des pro­duits venant de cir­cuits courts et pri­vi­lé­gier des pro­duits d’origine locale.
Vous pou­vez vous ins­crire, via ce lien, à l’étude tou­jours en cours de cohorte sur les com­por­te­ments ali­men­taires et les rela­tions Nutrition-Santé. https://www.etude-nutrinet​-sante​.fr/

Bibliographie :

https://​www​.lepoint​.fr/​s​a​n​t​e​/​m​a​n​g​e​r​-​b​i​o​-​r​e​d​u​i​t​-​b​i​e​n​-​l​e​-​r​i​s​q​u​e​-​d​e​-​c​a​n​c​e​r​-23 – 10-2018 – 2265018_40.php

- http://​agri​cul​ture​.gouv​.fr/​l​a​g​r​i​c​u​l​t​u​r​e​-​b​i​o​l​o​g​i​q​u​e-1

- http://​alerte​-envi​ron​ne​ment​.fr/​2016​/​03​/​23​/​u​n​-​f​r​a​n​c​a​i​s​-​s​u​r​-​d​e​u​x​-​i​g​n​o​r​e​-​q​u​e​-​l​a​g​r​i​c​u​l​t​u​r​e​-​b​i​o​l​o​g​i​q​u​e​-​u​t​i​l​i​s​e​-​d​e​s​-​p​e​s​t​i​c​i​d​es/

- http://​sante​.lefi​ga​ro​.fr/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​/​2015​/​08​/​03​/​23992​-​m​a​n​g​e​r​-​b​i​o​-​p​r​e​s​e​r​v​e​-​t​-​i​l​-​s​a​nte

- https://​jama​net​work​.com/​j​o​u​r​n​a​l​s​/​j​a​m​a​i​n​t​e​r​n​a​l​m​e​d​i​c​i​n​e​/​a​r​t​i​c​l​e​-​a​b​s​t​r​a​c​t​/​2707948

- https://​www​.huf​fing​ton​post​.fr/​2018​/​10​/​23​/​m​a​n​g​e​r​-​b​i​o​-​r​e​d​u​i​t​-​l​e​s​-​r​i​s​q​u​e​s​-​d​e​-​c​a​n​c​e​r​-​c​e​-​q​u​e​-​d​i​t​-​v​r​a​i​m​e​n​t​-​l​e​t​u​d​e​-​f​r​a​n​c​a​i​s​e​_​a​_​23569173/

3 Commentaires

  1. Retour PingLa viande in vitro, la solution miracle de demain ? - CMI IPA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *